2 avr. 2013

Ma nuit au R Kipling Hotel - un hôtel de charme












 







J'ai testé gracieusement un nouveau hôtel à Blanche, le R Kipling Hotel, dimanche soir.
J'y ai passé au final très peu de temps car ma grande passion est de sortir dans ce quartier (rire).
Donc pour une fois, pas de taxi pour rentrer chez moi et grand repos dans un lit douillet.

Dès que je suis entrée, j'ai été agréablement surprise par la réception de l'hôtel aux couleurs orange (oui, oui comme dans les années 70), les vieux bons fauteuils en cuir à l'ancienne, la petite bibliothèque très charmante, etc... Bref, un vrai décor d'artiste (d'où le nom de l'hôtel d'ailleurs).

Le style asiatique et "british" prédomine dans toutes les pièces de l'hôtel. On s'y sent vraiment bien. L'hôtel se marie bien avec le style et l'ambiance du quartier branché.

Je suis montée dans ma chambre single et j'y ai découvert le papier peint du couloir !!!! Puis ma chambre pour la nuit. Qu'est-ce que j'aime dormir à l'hôtel (je me croirais directement en vacances) ! La chambre et la salle de douche était impeccablement propre ! Le lit single était quand même assez grand et cosy pour m'étaler la nuit. Je pouvais aussi régler la clim/chauffage comme je le voulais et prendre une bonne douche avec des savons qui sentent très bons (oui, c'est un gros +).

Le lendemain, je suis allée petit déj dans une salle voûtée (au sous-sol). J'ai été surprise par l'endroit insolite. Un buffet y était servi avec des tartines de pain, de pain de mie, jus d'orange, café au lait, thé, confitures, miel, Nutella, etc... Bref que des bonnes choses !

Je suis retournée dans la chambre, me suis douchée et je suis allée prendre les quelques photos que vous pouvez voir ci-dessus.

NB : Superbe accueil, rien à dire.

Alors français de province ou bien étranger, venez prendre vos nuits dans ce charmant hôtel !

Prix : A partir de 180€ la nuitée (single)

S'y rendre : 63 rue Blanche - 75009 Paris 

FacebookHotel R. Kipling






31 mars 2013

Swildens X Gipsy Caravan : première collection de lunettes


Swildens X Gipsy Caravan

Jeudi soir, je suis allée au lancement de la collection de lunettes initiée par Juliette Swildens. Une collection de lunettes de vue et solaires en collaboration avec Gipsy Caravan, le producteur de lunettes de Michel Klein. J'ai adoré la façon dont ont été présentés les modèles. Chaque modèle est présenté dans un cadre avec un nom et illustré d'une photo en noir et blanc (voir ci-dessous). Il y avait un photomaton au fond de la boutique pour prendre des photos avec les lunettes (ci-dessous, moi et mon amie Manel) ! J'y ai croisé Alexandra Golovanoff (La mode, la mode, la mode), Mlle Agnès (Fashion ! ), Laurent Delahousse et plein d'autres...

Les modèles sont vraiment cool ! Le choix est vraiment large avec des formes variées (les papillons sont mes préférées). Ce n'est pas forcément un simple produit dérivé. Elles sont produites par des artisans français dont le travail est reconnu. Ce sont donc une collection à part entière qui complète celle des vêtements de la marque. La collection a été présentée au Silmo 2012, LE salon de la lunette à Paris. Ça démarre fort pour la marque puisque les modèles sont désormais vendus chez Merci,  l'opticien Marc Le Bihan, Montaigne Market ou encore les Galeries Lafayette








 Le prix des paires de lunettes sont à partir de 230€
 Quelques visuels ci-dessous...




Qu'en pensez-vous ?

29 mars 2013

Film - Des gens qui s'embrassent


Le nouveau film de Danièle Thompson

  Affiche du film qui sortira le 10 avril prochain

 La réalisatrice Danièle Thompson


 Le film en quelques photos...



J'ai été conviée à la projection en avant-première du nouveau film de Danièle Thompson  [pour ceux qui ne la connaissent pas encore, elle a écrit , entre autre, les scénarios (ou scenarii pour les littéraires) de célèbres films tels que La Boum ou encore La Grande Vadrouille].
  Un film choral (film qui met en scène plusieurs personnages à la fois sans que l'un d'eux ne semblent plus important que les autres)

Synopsis:
"Ça tombe mal l’enterrement de la femme de Zef pendant que Roni marie sa fille ! Cet événement inattendu aggrave les conflits entre les deux frères que tout sépare déjà : métiers, femmes, austérité religieuse de l’un, joie de vivre de l’autre, tout, à part leur vieux père au cerveau en vadrouille et leurs deux filles qui s’adorent. Entre Londres, Paris, Saint-Tropez et New York, affrontements, malentendus, trahisons, vont exploser le paysage de la famille, mais grâce à ces disputes, à ces réconciliations chaotiques, vont naître une grande histoire d’amour… et peut-être deux."


Le film sortira en salle le 10 avril prochain et je vous conseille vivement d'organiser votre sortie ciné
 Je vous raconte pourquoi.

J'ai adoré ce film car j'y ai trouvé mes émotions entremêlées entre  joie, deuil, tristesse, amour, trahison, réconciliations, religion... Un film émouvant où l'on retrouve au sein d'une même famille, des styles de vie différents. Une sorte d'antinomie entre superficialité et simplicité... On découvre ici que la parole et les confrontations entre les membres d'une même famille sont parfois nécessaires pour arriver à vivre heureux  et en paix avec un reflet de soi qui n'est pas souvent facile à accepter...Le judaïsme est aussi au cœur de l'histoire : on réfléchit à l'évolution de la tolérance entre des personnes de même sang mais pourtant qui ne partagent pas forcément les mêmes valeurs...Le poids de la complexité entre l'égoïsme et le partage est un sujet profond puisque l'on remarque que tout le monde s'aime profondément (une preuve en fin de film)...Chaque personnage se "vide" alors peu à peu au fur et à mesure que le film progresse et chacun trouve une place importante dans l'histoire. On s'y attache et on aimerait que le film continue encore et encore. Voilà pourquoi vous devez y courir !!!

NB : Danièle Thompson préfère le terme de film "émotionnel" à celui de "comédie romantique".

26 mars 2013

Atelier Mercadal Vintage par Inès Olympe Mercadal

Zoom sur une histoire de famille

Tout débute dans les années 50 lorsqu'un homme (le grand-père d'Inès) quitte l'Espagne de Franco pour s'installer en France et y faire fortune. Il ne se trompera pas. Il emmène avec lui son savoir-faire et créa dans les années 80 Laurent Mercadal du nom de son fils. La marque connaîtra une ascension remarquable grâce à la "mise en botte" de python qui connaîtra un succès incroyable. La mode du python est lancée. On découvre aussi des peaux de qualité, des couleurs mises à l'ordre du jour. Le bottier créa une forte identité et remporte avec lui une clientèle de prestige. Laurent Mercadal est désormais ancré dans l'histoire de la chaussure française. 

Marie-Laure Mercadal, inspirée par ses voyages, par l'élégance intemporelle d'un sac Birkin, crée en 1995, Atelier Mercadal qui permettra de perpétuer une histoire de famille et de garder sur un piédestal une marque de qualité. Soyons alors féminine, élégante et raffinée. Tel est le crédo d'Atelier Mercadal qui s'impose aujourd'hui dans l'histoire de la chaussure française.

Puis c'est autour d'Inès Olympe Mercadal... A tout juste 24 ans, elle crée, par amour de la chaussure, Atelier Mercadal Vintage : Une ligne de chaussures qui remet au  goût du jour les plus beaux modèles réalisés par son grand-père (les Oasis en particulier). Elle fait appel à ses potes graffeurs pour créer les modèles d'aujourd'hui, des modèles plutôt fun comme les Space Invaders (voir ci-dessous)

Une interview filmée sera prochainement organisée avec Inès pour en savoir un peu plus sur Atelier Mercadal Vintage et la passion de cette jeune femme pleine de fraîcheur.

http://www.atelier-mercadal.fr
Facebook Atelier Mercadal Vintage

Inès Olympe Mercadal pour Ever Magazine


Ines Olympe Mercadal 


Inès Olympe Mercadal au salon Who's Next

 











24 mars 2013

Hope café - bruncher bio et vitaminé





Aujourd'hui, j'ai décidé d'aller bruncher au Hope Café, restaurant et épicerie bio niché au coeur de mon quartier favori (Lamarck Caulaincourt). Aprés un week-end assez fatiguant et très agité, mon corps a eu besoin de se retrouver et de s'équilibrer ne serait-ce qu'un petit peu.
En rencontrant les gérants du restaurant vendredi soir, je leur ai fait la promesse d'y manger ce week-end. Une promesse tenue !

Le Hope Café, c'est l'espoir d'y trouver un peu de simplicité dans cette ville agitée. C'est l'espoir de manger sainement et de repartir le ventre archi plein de bonnes choses. C'est aussi l'espoir de s'octroyer une pause détente et gourmande.

Alors quand je passe la porte, j'y découvre un endroit chaleureux et paisible comme si je me retrouvais en province. Une déco simple et sans chichi artificiel. Un endroit où l'on se sent bien en somme.

Je m'installe sur la banquette rouge et on m'y présente le brunch qui m'a l'air très complet.

Formule à 25€ :
-Une boisson chaude
-Une viennoiserie (muffin)
-Un jus de fruit
-Un plat 
-Un dessert

Ça pourrait paraître assez classique vu comme ça. Mais c'est bio, bon et bobo !

J'ai adoré mon jus de fruit composé de pomme, orange, carotte et gingembre  Moi qui suis assez simple habituellement et qui n'aime pas prendre de risque "culinaire", je me suis lancée le défi de goûter un jus de fruit différent. Et je sens que mon corps adore se remplir de vitamines!
Alors j'y retournerai bien volontiers rien que pour ce jus de fruit !

Ensuite, j'ai choisi le Veggie Burger car je suis une fan invétérée de burger. Mais cette fois, j'ai voulu me la jouer bio de A à Z. Un Veggie Burger s'il vous plaît ! Si c'est pas la classe ça ? Accompagné d'une salade et de pommes de terres, ce burger se place dans mon top 10 des burgers les plus miam de Paris.

Le burger finit, mon ventre est déjà plein à craquer. Mais comme je suis une gourmande, je choisis le cheesecake (sans oeuf, pas cuit avec zeste de citron, vanille...) en dessert. Une merveille. C'est vraiment le plus bon des cheesecake !!! Le meilleur. Alors si vous faîtes parti des fanatiques de cheesecake, vous devez absolument vous rendre au Hope Café ! Un délice pour les papilles gourmandes...

Finito. Je me tire avec mon muffin maison dans le sac car je ne peux plus rien avaler. J'ai bien manger. Et mon dimanche est heureux, avec un grand espoir : celui d'y retourner très bientôt !

Bisous.